Vintage et autres chinoiseries

Faut-il chiner ?

Crise économique ou tendance de font il est aujourd’hui bon ton de chiner, des pièces déco, des vêtements typiques d’une époque, des pièces de créateurs. En somme tout et n’importe quoi.

Il est vrai que je partage le gout de cette esthétique chargée d’histoire  qui apporte un supplément d’âme à un intérieur un peu trop froid ou fini une tenue un brin classique.  Mais voilà, même-si j’ai moi même des pièces « vintages », j’ai beaucoup de mal à jeter mon dévolu sur un objet de seconde main surtout quand il s’agit d’un vêtement. Pour le mobilier et les objets de décoration c’est une autre histoire, mais le vêtement  lui tant magnifique soit-il a déjà vécu, et parfois les traces de sa vie d’avant se lisent encore. Biensûr il y a le charme du temps, de la patine, la coupe ou l’imprimé typique, tant que ça s’arrête la tout va bien. C’est après que ça dérape, lorsque le vendeur ou la vendeuse a une hygiène douteuse, lorsque le dit vêtement se trouve au milieu de monticule de chose en tissus dont la forme est indéfinissable. Je dois dire qu’à ce moment il se passe deux choses : 1 mon imagination s’emballe, et là le dit vêtement se trouve avoir appartenu à des gens peu recommandables, 2 je m’interroge à savoir pourquoi le dit vêtement a pu atterrir ici. Bien entendu je repars sans.

Pour le reste même si mon armoire recèle quelque pièces vintage se sont avant tout des pièces de familles. Les rares pièces que j’ai chiné se comptent sur les doigts d’une main : une veste militaire US acheté dans un stock de l’armée* et un sac en cuir Max Mara Weekend acheté à une amie qui travaillait dans un dépôt de vente.

Heureusement pour moi la mode se charge de remettre au gout du jour et à intervalle régulier les pièces certes revisitées des années passées. Ce qui je dois l’avouer m’arrange bien car je n’ai pas vraiment la silhouette vintage. D’ailleurs ne nous sommes pas replongés dans les années   70 ?

Ce qui est légèrement contradictoire c’est que pour les pièces déco j’ai beaucoup moins d’a priori. Les brocantes et vide-grenier font parties du jeu et je peux sans aucune réticence y acheter un objet. Schizophrénique vous avez dit ?

*l’image retranscrit par les séries américaines est plus forte que mes réticences, ce qui est quand on y pense assez flippant .

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s